Le contact unique avec l’invisible

pic kathleen cloutier.jpg

Ce soir là, le coucher du soleil était magnifique et la tranquillité derrière cette énergie était tout simplement imprimante. On pouvait ressentir le calme derrière le corps majestueux des grands chevaux. À ce moment nous ne pouvions savoir que l’énergie de l’invisible allait faire surface pour apaiser une grande peine et un grand chagrin. Une jeune femme dans la vingtaine arriva au centre avec le peu d’énergie qui lui restait de sa journée mais son regard s’illuminait à l’idée d’entrer en contact avec les chevaux. Arrivée devant ces êtres magnifiques remplie de compassion pour cette jeune dame, elle ferma les yeux pour débuter l’exercice du balayage corporel. Les chevaux tous connecté, restait tous près d’elle, sans exception, pour l’appuyer dans cette étape de vie si difficile. En particulier, le cheval dominant du troupeau «Légende» qui était en total connexion. Connecté dans son corps et dans sa peine, les larmes coulèrent le long de sa joue. Les yeux fermés, dos au cheval, elle me demanda si «Légende» était derrière elle. Je lui proposai alors de se retourner et elle pu constater que c’était bien lui qui était là.

Que représente t-il pour toi ? Lui demandais-je…

Elle me regarda et me répondit : Il me fait penser à mon fiancé.

Je lui fis un sourire et je lui demandai de regarder à nouveau les chevaux qui était justement en train de se gratter le garrot en signe d’affection comme deux amoureux, même les chevaux qui n’était pas dans la même zone de la hiérarchie c’était prêté au jeu malgré leur différence. À ce moment il n’y avait plus de hiérarchie il n’y avait que de l’amour et de la résonnance à cette grande blessure immense qui transposait le corps de cette jeune dame.

Après avoir pris le temps d’observer le beau spectacle qui nous avait été donné, Légende revint à nous et la jeune dame décida alors de vivre un moment en liberté avec lui. Arrivé dans le manège fermé mais près des autres chevaux. Les chevaux se mirent à courir et à s’amuser tous ensemble comme de vrai enfant enjoué sans s’arrêter. Il y avait une énergie enfantine remplie de joie et de rire. Elle mit alors une main sur son ventre un peu gonflé et pensa alors à son petit-être qui grandissait en elle. Le sourire revint faire surfasse et elle respira dans cette liberté. Le cheval évoqua en elle une grande liberté. Un magnifique spectacle lui était donné et même les chevaux plus âgé couraient, virevoltaient et s’amusaient. Le jeu dura plus de 2 minutes dans une énergie débordante et les chevaux pouvait profitez de cette merveilleuse sensation et démontrer à cette femme le bonheur de la vie.
 

Quand le calme se refit,  elle retourna enfin à sa connexion avec «Sa Légende». Un peu nerveuse elle s’approcha doucement de lui. Après peu de temps, elle qui avait des craintes face aux chevaux, était complètement connecté, calme et marcha même en liberté avec ce cheval. Il lui offrait des câlins, de l’amour et du réconfort. Il suivait la femme partout ou elle se déplaçait, lui qui était en liberté. Il vivait un moment précieux avec elle de reconnaissance et d’amour pur. Cette séance était magique et unique. À la toute fin, l’émotion arriva et la jeune dame souriait de nouveau et remercia le cheval de lui avoir donné un dernier contact avec son fiancé.

Cette jeune dame puis repartir avec une parcelle de bonheur et de gratitude face aux chevaux, à l’univers et à son côté invisible qu’on ne peut voir mais ressentir. Elle comprit alors que malgré l’invisible, il y a la résonnance et dans la résonnance il y a l’espoir ! Même si elle sait qu’elle ne pourra plus jamais voir de ses yeux son fiancé décédé la même semaine accidentellement, elle pourra le sentir tout près d’elle quand elle et son enfant en auront besoin, elle pourra réconforter son petit Elliot qui arrivera bientôt dans le monde humain en ayant que maman pour le bercer tendrement en lui rappelant que Papa est tout près !

 

Écurie Centre Le Reflet

Kathleen Cloutier

Est une professionnelle MFC-CAN certifiée de l’apprentissage facilité par le cheval. Elle pratique dans la région de Bécancour Québec aux Écuries Centre Le Reflet. www.centrelereflet.com

Un Morceau d’histoire MFC-CAN

leif hallberg nov 2017.jpg

Il y a cinq ans, comme beaucoup d’entre nous travaillaient fort pour développer les exigences de certification NAEFW (maintenant MFC-CAN), j’ai lu la lettre suivante écrite par Leif Hallberg. Elle l’avait envoyé à un certain nombre de personnes avec ses préoccupations et ses recommandations concernant le développement de la pratique facilitée par le cheval aux États-Unis. Leif énonce de nombreux principes et croyances communs au développement de l’association. C’était un bon soutien et une source d’inspiration pour faire le « long voyage » d’apprentissage profond plutôt qu’une approche rapide. Pour ceux d’entre nous impliqués, cette lettre était un soutien bienvenu pour notre direction.

Deborah Marshall, MA

Generation Farms

Formatrice MFC-CAN certifiée



 

22 mars 2008  

Mes chers amis et collègues,

 

Depuis 1996, j’ai consacré ma vie à la recherche d’une meilleure compréhension des implications psychologiques de la relation cheval-homme. Pour la majorité de cette quête, je suis restée silencieuse - regarder, écouter et apprendre. Finalement, je me sens prête à parler, partager mes sentiments et mes pensées. Ce message électronique est ma première tentative.

 

Je pense qu’il y a deux domaines clés sur lesquels nous devons nous concentrer dans les dix prochaines années pour que ce domaine soit considéré comme un traitement ou une approche éducation/apprentissage véritablement « viable » et éthique.

 

SÉCURITÉ

Peu importe combien nous aimons les chevaux, reconnaissons leurs capacités utiles/de guérison, et voyons l’impact que toute approche facilitée ou assistée par les chevaux a sur les clients/étudiants, nous devons également voir que les chevaux sont des chevaux. Et comme le rappelle la loi sur le risque inhérent aux équidés, les équidés sont dangereux, imprévisibles et peuvent causer des blessures graves ou la mort. Ce n’est pas une question plaisante. La façon dont nous gérons nos services détermine à quel point nous pouvons rendre nos programmes plus « sécuritaires ». C’est à nous, en tant que facilitateurs d’expériences équines, d’assurer la sécurité de nos clients/étudiants au meilleur de notre capacité. Cela signifie (pour moi) qu’il est de notre responsabilité de fournir à nos clients/étudiants les informations et les compétences nécessaires pour maintenir leur sécurité physique. Tout programme de cours de défi, programme basé sur l’aventure ou programme de nature sauvage EXIGE que tous les étudiants/clients suivent une formation et une formation intensives sur la sécurité et l’équipement avant de s’engager dans une activité à haut risque. Les participants ne sont jamais soumis à une expérience sans d’abord comprendre clairement les risques et avoir une formation appropriée pour réduire le facteur de risque. Si les humains s’associent aux chevaux et n’ont pas une formation adéquate en matière de sécurité, le risque d’accidents graves augmente.

 

Il est non seulement essentiel de fournir à chaque étudiant/client une formation générale sur la sécurité, mais aussi une formation qui comprend une vue d’ensemble de la psychologie, du comportement, de la physiologie et de la communication équine, mais nous devons également évaluer la sécurité de nos activités. Si nous plaçons des chevaux dans des situations/activités qui augmentent leur réaction naturelle de combat/fuite/gel, nous mettons nos clients en danger. Quand un cheval se lance dans une réaction de combat/fuite/gel, sa principale préoccupation est sa propre sécurité. Dans un tel état, les chevaux peuvent piétiner les gens, les frapper, les mordre ou faire tout ce qu’il faut pour s’enfuir - pour être en sécurité. Ils ne pensent pas relationnellement. Ils ne pensent pas au bien-être de leur partenaire humain. Si nous invitons des clients inconscients dans une arène avec des chevaux en liberté et que nous facilitons des interactions qui élicitent une réaction combat/fuite/gel chez le cheval, nous mettons nos clients sciemment en danger.

 

Est-ce un risque que vous êtes prêt à prendre ? Je me rends compte que les bienfaits thérapeutiques peuvent être profonds et que les gens, lorsqu’ils éprouvent une poussée d’adrénaline, peuvent éprouver des réflexions et des réflexions personnelles intenses, mais à quel prix ?

 

Tout cela n’a pas encore touché les considérations éthiques de placer un équidé dans une telle situation. Certains ne sont pas aussi préoccupés par cela que d’autres. Pour ma part, je crois sincèrement que c’est la relation entre le client/étudiant et le cheval qui crée le succès de l’intervention. Je considère mes chevaux comme mes employés et mes partenaires. Par conséquent, en tant que patron respectueux, je crois également qu’il est de mon devoir éthique de leur fournir un milieu de travail sécuritaire sur les plans émotionnel et physique. Je connais suffisamment mes chevaux pour savoir qu’ils n’aiment pas être chassés. Je sais aussi que, pour la plupart, ils ne vivent pas dans un état de combat/fuite/gel. Cette réaction ne se produit que lorsqu’ils sont menacés ou effrayés. Je ne pense pas qu’il soit éthique d’utiliser un traitement ou une méthode d’apprentissage qui place un membre de l’équipe de traitement (humain, animal, nature, peu importe) dans un tel état. De plus, quand les chevaux entrent dans cette réponse de combat/fuite/gel, non seulement ils ne sont pas conscients des humains, mais ils sont plus enclins à se blesser physiquement ou à blesser d’autres chevaux. Je ne pense pas que ce soit éthiquement approprié non plus.

 

Fondamentalement, ce que je demande, c’est que tous ceux qui fournissent un service équidé ou assisté évaluent soigneusement leur utilisation des activités et leur protocole de formation à la sécurité pour les clients/étudiants et prennent des décisions SÉCURITAIRES.

 

Mon désir est que notre domaine minimise le risque de préjudice physique pour nos clients et le stress émotionnel pour nos chevaux en adaptant les activités pour être plus sécure pour toutes les personnes impliquées. Les poursuites judiciaires augmenteront le taux de notre assurance et réduiront notre viabilité en tant qu’option de traitement. Ce champ est entre nos mains. C’est notre choix si nous commençons à parler des pratiques dangereuses - ou d’aider à éduquer les nouveaux sur le terrain à l’égard les risques de sécurité impliquée et de les guider dans une direction saine et responsable.

 

COMPÉTENCE

Pour ceux d’entre nous qui sont des professionnels de la santé mentale, nous devons tenir compte des exigences éthiques auxquelles nous sommes tenus. En tant que professionnels de la santé mentale, nous sommes tenus par la loi de garder nos clients sécures physiquement et émotionnellement autant que possible. Si vous travaillez avec des clients que vous avez obtenus ou qui vous ont été recommandés, veuillez considérer cette déclaration. Si vous n’êtes pas un cheval, comment pouvez-vous garantir que vous « gardez votre client en sécurité physiquement et émotionnellement autant que possible » ? Vous confiez vos clients à un « spécialiste du cheval » pour les garder en sécurité. Cela peut être une personne qui est ÉTONNANTE et en qui vous avez confiance, mais en fin de la journée, c’est vous qui serez poursuivi si le client se blesse. Et la question sera posée, fournissiez-vous un service que vous avez été éduqué, formé et supervisé pour fournir ? Si vous n’avez participé qu’à un atelier de « certification » de trois jours ou si vous avez suivi d’autres formations/ateliers à court terme, êtes-vous réellement « éduqué, formé et supervisé » dans une méthode facilitée/assistée par l’équidé ?

 

La pratique de la médecine, du droit, de la science, de la psychologie et de toute autre discipline professionnelle, exige des années de formation, d’éducation et d’expérience approfondie. Si nous voulons que les services facilités ou assistés par les chevaux prennent leur place en tant que disciples professionnels viable, éthique et respecté, nous devons « prendre le taureau par les cornes » et obtenir la formation, l’éducation et l’expérience supplémentaires nécessaires. Même ceux d’entre nous qui sont déjà des professionnels de la santé mentale, ce concept reste le même. C’est juste comme un médecin - nous avons nos informations générales pour être en mesure de pratiquer dans les méthodes que nous avons été formés, éduqués et supervisés à fournir. Mais, si nous voulons devenir des spécialistes, nous devons faire plus de formation, d’éducation et de supervision pour nous assurer que nous sommes vraiment compétents pour fournir la spécialité. Juste pour devenir un « thérapeute du jeu » accrédité, un professionnel de la santé mentale agréé et expérimenté doit obtenir 150 heures supplémentaires d’éducation/formation d’un institut d’enseignement supérieur, avoir complété 500 heures de facilitation supervisée en thérapie par le jeu et 50 heures de thérapie par le jeu surveillance. Cela consiste à inclure le jeu dans la thérapie - pas un animal vivant de 1000 livres qui est considéré par presque tous les États du pays comme « dangereux, imprévisible, et qui peut causer des lésions corporelles ou la mort ».

 

CONSCIENCE FONDAMENTALE

Je pense que pour nous considérer comme « compétents », nous devons en savoir autant sur le domaine dans lequel nous travaillons. Pour moi, cela signifie comprendre les origines du terrain, connaître le « qui est qui » sur le terrain, avoir une compréhension globale des différentes organisations d’adhésion et de formation qui existent, et comprendre toutes les méthodes disponibles à utiliser. Nous devrions également avoir une compréhension profonde de l’éthique qui nous régit en tant que fournisseurs de cette méthode.

 

SUGGESTIONS

Il semble que nous ayons juste besoin de respirer profondément et de nous installer. Si nous continuons à grandir sans une compréhension profonde de ce que nous sommes vraiment dans le champ, j’ai peur des conséquences. J’ai peur que sans ralentir et régler ces problèmes, nous nous retrouvions sans champ. Alors, s’il vous plaît, aidez-moi en transmettant la notion que nous devons devenir des facilitateurs SÉCURITAIRES et COMPÉTENTS de ces expériences, et que cela peut prendre du temps, de l’argent et une formation supplémentaire. Il n’y a pas de réponse rapide. Nous devons ralentir et nous assurer de faire les choses correctement. Méfiez-vous des organisations qui suggèrent que vous pouvez devenir « compétent » dans un court laps de temps. Suggérez à ceux qui vous contactent de « se lancer sur le terrain » qu’ils devront consacrer un temps sérieux et peut-être de l’argent avant de pouvoir commencer à fournir un service facilité/assisté par un cheval.

Voici quelques lignes directrices et suggestions :

1. Obtenez beaucoup d’expérience de cheval et documentez-le !

2. Revoyez votre éthique (... et vos codes d’éthique)

3. Inscrivez-vous à des programmes collégiaux offrant des cours facilités ou assistés par un cheval (cours, programmes d’études réels, formations professionnelles, tout ce que vous pouvez faire) …

4. Participez à des ateliers et poursuivez leur programmation avancée (pas seulement leur programmation d’introduction) ....  Trouvez un superviseur ayant de l’expérience dans le travail facilité équine et connectez-vous vos heures de supervision spécifiques cheval.

5. Comprenez toutes les méthodes disponibles pour les professionnels fournissant un service facilité/assisté par un cheval.

6. Connaissez vos organisations membres et ce qu’elles fournissent chacune sur le terrain...

7. Assurez-vous de créer/d’utiliser des activités SÉCURITAIRES et appropriées pour votre clientèle. Il y a BEAUCOUP d’options en ce qui concerne vos méthodes ou approches pour fournir un service facilité/assisté par un cheval. Renseignez-vous sur chacun d’eux et devenez éduqués afin que vous puissiez choisir et choisir en fonction des besoins de votre client, et non en fonction de vos limites.

 

Je vous remercie beaucoup pour votre temps et pour m’écouter exprimer mes peurs et mes désirs.

 

Sincèrement,

 

LEIF HALLBERG

 

Leif Hallberg est l’auteure de « La marche du cheval, explorant la nature de la relation cheval-homme », l’un des premiers manuels dans le domaine des équidés. La lettre ci-dessus contient des extraits de la lettre originale.